Pour un management innovant 

et parce que le leadership ne s'enseigne pas, il se construit !


Le bon sens, la vision du travail, la vision des liens, le sens du respect, ne sont pas des données universelles. Le pouvoir et la hiérarchie, l’attachement affectif, la quête de reconnaissance, la séduction sont des facteurs qui divisent et opposent davantage qu’ils ne rassemblent.

Les membres d’un groupe humain possèdent tous leurs visions de ce qu’il convient de faire, leurs stratégies, leurs intérêts propres, qui sont intimement liés à leurs réalités personnelles, leurs affects et leurs angoisses.

Le management est par essence l’art de mobiliser des énergies en vue d’atteindre un objectif commun, ou encore l’art de faire réussir les entreprises humaines. Il est alors telle une ingénierie, et s’alimente de toutes les sciences sociales (sociologie, psychologie, psychosociologie, économie, pour ne citer qu’eux). Diriger, Manager se situe dans l’interface entre la double dimension, technique et humaine, et non l’une ou l’autre comme le pensent et l’agissent certain.

 

La capacité d’un individu à Diriger, Manager s’inspire le plus souvent de son maillage culturel, de ses coutumes, des systèmes de valeurs auxquels il est lié. Il devient de ce fait présomptueux, même peu honnête, de promouvoir des savoirs et des conseils dédiés au management en négligeant ces spécificités. Beaucoup laissent penser qu’il existe des lois universelles, des règles de base, qui régissent l’organisation des groupes, de la vie sociale, et qu’il suffirait au manager de maîtriser quelques techniques managériales pour guider son/ses équipes à performer. 

Par conséquent, la capacité à diriger est fortement induite par des éléments, le plus souvent inconscients, qui font qu’elle ne relève pas forcément d’une stratégie parfaitement consciente. Ce qui fait d’elle une entité dont la «remise en forme» est complexe

 

L’accès à « cette » dimension inconsciente est ce qui fait la différence entre un dirigeant de fait, à la gestion empirique, et un dirigeant qui soumet sa méthodologie et ses pratiques à un examen critique, et à une actualisation permanente.

C’est toute la différence entre un dirigeant routinier et un manager innovant.


La clé c’est «être efficient pour être efficace»

 

L'efficience c'est l'efficacité au moindre coût. L’efficacité est la partie visible du fonctionnement. L’efficience d'un processus demeure le point central. Elle à pour but d'obtenir de bons résultats ou atteindre des objectifs élevés en utilisant le minimum de ressources. 

Mon rôle est de vous accompagner à développer l'autonomie. Cette capacité est le cœur de l'efficience, et donc intimement liée à la réussite. L'autonomie est une qualité psychique qui permet d'avoir des facultés d'ajustement, des ressources pour innover et le potentiel pour s'actualiser de façon continue

Etre autonome signifie être capable de s'affranchir du regard de l’autre, mais également s'être émancipé des nombreuses limites issues de son histoire familiale, des peurs liées a ses expérience de vie ou professionnelles, des doutes que transmet le monde dans lequel nous vivons. Cet ensemble, en plus des charges émotionnelles qui y sont associées, amènent à se restreindre, à ses contraindre et à se brider. 

Ainsi, mettre l’ensemble de votre être en synchronie peut vous permettre de dépasser certaines de vos limites. En clair, il s’agit pour vous de développer et d’accéder à votre potentiel. Mon rôle est de vous aider à créer votre propre mode d’emploi afin d’y accéder.

Cet accompagnement vise à la création de conditions favorables à un accomplissement de soi, à gagner en efficacité.

 Il s’agit d’apprendre en partant de soi, d’activer par soi même, sans avoir besoin de s’en remettre exclusivement à divers artifices de management ou même de communication. 

Trop souvent les individus cherchent à démontrer qu'ils ont raison, plutôt que d'être dans une dynamique à trouver une meilleure solution.

Cette philosophie de travail part du principe que le succès ne se poursuit pas, il s’attire par ce que l’on est. 

Faire évoluer ses performances dépend essentiellement de comment vous faite évoluer votre univers intérieur. Il est primordial « d’être » pour parvenir « à faire » dans le but « d’avoir ».